Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nelson

  • Nelson
  • Engagé depuis 1977

Piscicais depuis 2001
Modem depuis 2007
Anticor depuis 2009
Mail: anticor.poissy@gmail.com
  • Engagé depuis 1977 Piscicais depuis 2001 Modem depuis 2007 Anticor depuis 2009 Mail: anticor.poissy@gmail.com

phrase du jour

Je ne suis pas né Français ni même Européen, mais je suis Français et Européen.

Recherche

12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 16:35

by

Eric Woerth, ancien Ministre du Budget de la “République irréprochable” qu’avait promise Nicolas Sarkozy en 2007, ancien Trésorier de l’UMP, a été mis en examen avant-hier pour trafic d’influence passif, et hier pour recel d’une somme de 150 000 € en liquide, qui aurait pu servir au financement illicite de la campagne du Président de la République en 2007 selon l’ex-comptable de Liliane Bettencourt.

En toute logique, ces mises en examen aurait dû être décidées par le Procureur Philippe Courroye mi-2010, au début de l’affaire. Mais nous sommes là au coeur du débat sur l’indépendance du Parquet vis-à-vis du pouvoir en place, surtout lorsqu’il s’agit de la mise en cause de membres de ce pouvoir. Après moultes péripéties dont les suites sont encore en cours, cette affaire a été dépaysée de Nanterre à Bordeaux en novembre 2010. Ce sont finalement des juges d’instruction, juges indépendants, qui ont prononcé cette semaine ces mises en examen, plus d’un an et demi après la révélation de l’affaire. Rappelons au passage que le Président de la République avait annoncé début 2009 qu’il comptait supprimer cette fonction de juge d’instruction. Et rappelons également que suite aux réactions provoquées à l’époque, il s’était engagé en juillet 2010 à légiférer sur les conflits d’intérêt avant la fin de la mandature, ce qui n’aura finalement pas lieu.

Depuis novembre 2010, le volet financement illicite de parti politique et trafic d’influence de cette affaire Woerth-Bettencourt semblait rester au point mort. C’est pourquoi le Conseil d’administration d’Anticor avait décidé en décembre dernier de déposer ce mois-ci une plainte avec constitution de partie civile à ce sujet, afin de jouer le rôle d’aiguillon citoyen qui semblait manquer à cette partie de l’enquête. Or depuis la toute récente décision de la Cour de cassation, qui permet définitivement d’utiliser les enregistrements “pirates” de conversations au domicile de Liliane Bettencourt comme éléments de preuve, cette information judiciaire démarre réellement sans perdre de temps, avec une certaine intensité et de façon clairement indépendante. Il est donc vraisemblable que nous n’ayons finalement pas – sauf mauvaise surprise – à nous porter partie civile dans cette affaire, en application de nos principes d’intervention en justice que rappelait Eric Halphen, notre Président d’Honneur, lors de notre assemblée générale du 28 janvier dernier (voir vidéo ci-dessous).

Il semble que semble que la qualification de “recel” retenue par les juges permette d’éviter l’écueil de la prescription, qui aurait pu être opposée à celle de financement illicite de parti politique. A ce stade, le respect de la présomption d’innocence s’impose pour Eric Woerth, sachant qu’on ne fait référence à la présomption d’innocence que lorsqu’il y a suspicion de culpabilité.

Mais encore une fois, la démonstration est faite qu’en France, seule une justice indépendante peut éclaircir les zones d’ombres des affaires politico-financières, sans suspiscion de pression du pouvoir en place. A méditer pour tous les projets présidentiels se mettant en place actuellement…

(Si vous souhaitez soutenir Anticor et ses actions, adhérez ou faites un don en ligne !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nelson - dans Actu
commenter cet article

commentaires