Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nelson

  • Nelson
  • Engagé depuis 1977

Piscicais depuis 2001
Modem depuis 2007
Anticor depuis 2009
Mail: anticor.poissy@gmail.com
  • Engagé depuis 1977 Piscicais depuis 2001 Modem depuis 2007 Anticor depuis 2009 Mail: anticor.poissy@gmail.com

phrase du jour

Je ne suis pas né Français ni même Européen, mais je suis Français et Européen.

Recherche

19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 15:52

Il est légitime de se poser la question en période d'élection. Aujourd'hui tout peut attendre  surtout les urgences : le régime des retraites? Après les élections. La violence à l'école? Après les élections. La raison est simple: le gouvernement est en campagne. Pas le temps de s'occuper du bien commun, il faut placer les copains.
Cela met en avant deux disfonctionnements de l’Etat tel qu'il est conçu aujourd’hui.
 
Pour être ministre il faut être élu.
C'est l'un des postulats de Nicolas Sarkozy, pas le plus absurde mais en bonne position tout de même. Ce que j'attends d'un ministre, c'est son travail. Travail exclusif  pour la nation. Il doit être compétent dans son domaine. Il n'a pas à être populaire même s'il doit savoir communiquer et être pédagogue.
Un élu surtout le Cumulard, ce professionnel de la politique, n'apporte aucune de ces garanties. Il a plutôt montré sa capacité à tenir des leaders associatifs,  religieux et ses militants via des subventions, des logements sociaux ou des postes dans des collectivités grassement attribués.

Les ministres font campagnes pour leurs partis. 
J'attends d'un ministre qu'il œuvre à temps complet pour tous les Français. Il n'a pas le temps d'être candidat à tout et surtout il n'apporte pas un déséquilibre par le poids de sa fonction. Quand on est ministre on avance sans vergogne le fait d’être proche du pouvoir. Le dérapage de Marie-Luce PENCHARD s'inscrit dans cette logique: Je suis ministre, votez pour moi et je m'occuperais plus de vous que des autres Français! Pourtant soit le ministre trompe l'électeur en prétendant vouloir un poste qu'il n'occupera pas, soit il manque à sa mission principale en ne l'occupant qu'à mi-temps. Ministre n’est pas un mi-temps.

Mais comment demander à un ministre de ne pas faire campagne quand c'est imposé par le chef de l'État lui même en campagne permanente? 
Il faut juste espérer qu'il n'y a rien d'urgent à traiter entre aujourd'hui et fin mars...     

Partager cet article

Repost 0
Published by Nelson - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires