Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nelson

  • Nelson
  • Engagé depuis 1977

Piscicais depuis 2001
Modem depuis 2007
Anticor depuis 2009
Mail: anticor.poissy@gmail.com
  • Engagé depuis 1977 Piscicais depuis 2001 Modem depuis 2007 Anticor depuis 2009 Mail: anticor.poissy@gmail.com

phrase du jour

Je ne suis pas né Français ni même Européen, mais je suis Français et Européen.

Recherche

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 16:28

Solidaire de nombreux Français je suis resté bloqué de nombreuses heures sur la route et je n'ai pas pu assister au conseil municipal hier. Je peux cependant retranscrire le discours de Richard BERTRAND:

Monsieur le Député,
Mesdames, messieurs les élus,
Mesdames, messieurs,


23 élu(e)s autoproclamé(e)s irréprochables m’ont condamné sans procès !

Pour commencer, je tiens à m’excuser de la neige qui est tombée aujourd’hui. Nul doute que ce « club des 23 » ne manquera pas de convoquer dès demain une conférence de presse pour expliquer dans mon dos, et avec force arguments, que j’en suis le seul responsable, voire même l’unique et malveillant instigateur.

A cause d’un certain nombre de points tout aussi fantaisistes Monsieur Bernard a décidé ce soir de se séparer de moi et, par la force des choses, de mon équipe… équipe que je tiens à remercier ici devant vous. En faisant cela, il rompt la fusion avec le MoDem à son initiative et en portera seul la responsabilité. Il cherchait à le faire depuis le premier jour de l’élection municipale, l’a annoncé à la télévision au soir de l’élection législative, et le fait aujourd’hui. Le stratagème qu’il a mis quelques temps à concocter pour que vous pensiez qu’il n’y est pour rien, ne doit duper personne. Au contraire, il doit vous faire comprendre clairement quel type d’homme il est : manipulateur, fourbe, hypocrite et lâche.

Malheureusement, je vais devoir rajouter encore le qualificatif de traître. Traître, non pas vis-à-vis de moi, (cela, finalement, n’a aucune importance), mais vis-à-vis des Pisciacais qui ont voté en mars 2008 pour qu’il mette en œuvre et fasse vivre la fusion durant tout le mandat. Pour cette raison je ne quitterai pas la majorité car cette décision ne relève que des électeurs.

L’échec de cette fusion est bien son échec car il était le seul à disposer du pouvoir nécessaire pour la faire fonctionner. Mais il ne l’a jamais voulu. Au contraire, dans la défiance permanente, il a passé ces derniers 18 mois à bloquer toutes nos initiatives, mettant ainsi au second plan, l’intérêt des Pisciacais. Il serait trop long d’en faire l’inventaire ce soir.

Ces projets, bloqués par Monsieur Bernard, ne verront pas le jour durant ce mandat. Je présente mes excuses à tous les habitants de Poissy pour cela.

Et les rares fois où les choses auraient pu avancer, il s’est montré totalement incompétent pour mettre en œuvre les solutions. Nous en avons encore eu un exemple ce soir où, incapable de monter correctement un dossier de subventions, la ville vient de perdre la bagatelle de 1,4 millions d’euro pour amorcer la rénovation de Beauregard. Alors, maintenant, quid de Beauregard ?

Car la seule chose qui l’intéresse en fait, c’est que nous soyons solidaires. Solidaires avec lui à tout prix. Et malheur à celui qui ose trouver quelque chose à redire.

Cette obligation de solidarité aveugle, je l’ai testée il y a quelques mois quand Daniel Lobgeois, conseiller municipal a agressé verbalement et physiquement un agent de la police municipale devant la Mairie. J’ai aussitôt interpellé par écrit le Maire en mettant tous les élus (et seulement les élus) en copie, lui demandant de prendre les mesures qui s’imposent pour que de tels faits soient immédiatement sanctionnés. Et bien, à ma grande surprise… il a agit. L’affaire a été étouffée et cautionnée solidairement par le « club des 23 ». Je vous tire mon chapeau, mais avant tout, je profite de cette tribune pour saluer notre police municipale qui fait un excellent travail dans des conditions de plus en plus difficiles.

Ce type d’agissement ne correspond pas à ma vision de la politique. Ce qui conduit mon action politique repose sur trois grandes valeurs : l’action, l’équité et la probité.

Avec lui, l’action est nulle et l’équité seulement un argument de campagne. Mais parlons maintenant de la probité, sans laquelle aucune collaboration avec cette équipe n’est possible ou acceptable.

Souvenez-vous que ma première action, lors de la campagne municipale de 2008, a été de signer et faire signer à tous mes colistiers, une « Charte éthique de l’élu » (*).

Mes amis « les Verts » avec à leur tête Jean-Paul HEDRICH, ancien président de l’association Vivre sa Ville, ont même fait reposer leur campagne législative sur ce thème, allant jusqu’à faire venir Eva Joly, juge anti-corruption.

Pourtant aucun d’eux ne m’a emboîté le pas lorsque j’ai dénoncé par écrit des pratiques questionnables. Si j’ai dû me contenter de rares explications, l’expérience que j’ai acquise ne me permet plus de m’en satisfaire. Le fait d’avoir demandé de nouvelles explications il y a quelques semaines me vaut sans doute le procès Stalinien d’aujourd’hui. Qu’à cela ne tienne, en l’absence de réponse satisfaisante, je vais maintenant devoir le faire publiquement ce soir, dans un premier temps sur trois sujets :

La Mission Locale d’abord, pour laquelle messieurs Frédérik Bernard et Ali Rabeh représentent la ville de Poissy. Son budget a été largement augmenté malgré la décision contraire de la Commission Economique dont j’étais le vice-président. Ses comptes auraient dû être publiés il y a des mois, comme la loi l’exige. Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait à ce jour ? Monsieur Bernard, y-a-t’il des problèmes financiers ou comptables que vous nous cacheriez au sein de cette structure ?

Krémo Allaouchiche ensuite, dont je rappelle qu’il est Maire-Adjoint délégué au Commerce.
Monsieur Bernard, existe-t-il des liens commerciaux répréhensibles entre la Mairie et les commerces de cet adjoint ?

Et enfin, le sujet de la commande du CSTB pour La Coudraie. A la lecture du Code des Marchés Publics, je ne peux plus me satisfaire de vos explications. Comment avez-vous pu, Monsieur Bernard, signer unilatéralement une commande d’environ 40.000 € sans appel d’offre et sans même la moindre mise en concurrence ?

Je suivrai de très près ces trois premiers dossiers et n’hésiterai pas, au besoin, à saisir les autorités compétentes dans l’intérêt des Pisciacais.

Un dernier mot plus politique au « club des 23 » et à vous Monsieur Bernard,

Vous êtes entrés par hasard dans cette Mairie par la grande porte,
Je fais la promesse devant vous tous ce soir que vous en sortirez grâce à moi, par la petite.

Je vous souhaite à tous et à toutes de bonnes fêtes de fin d’année

Richard BERTRAND

(*) Respect de la Démocratie, débats publics, transparence, rigueur budgétaire, chasse aux gaspillages, maîtrise des dépenses, planification des investissements…

Partager cet article

Repost 0
Published by Nelson - dans Actu
commenter cet article

commentaires